browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Témoignages

 

 

Avril 2014 : Merzouga, le retour !

Cliquer sur les mots gras soulignés pour voir les photos.

2014 : avril, nous retournons en famille à Merzouga. Nous avons choisi un vol de Saint Etienne à Fes. Deux jours passés à Fes nous ont permis de découvrir une médina attachante, mystérieuse, rien à voir avec le côté “attrape touriste” de celle de Marakech.

Après avoir découvert le moyen Atlas à Missour et dans sa région, une petite journée de voyage en voiture de location nous permet de découvrir un réseau routier tout à fait correct. Des paysages qui diffèrent à chaque passage de cols, des oasis surprenantes, des ergs, des villages en perpétuelle évolution.

Arrivée à Merzouga, que de changements… La gande arche qui marquait la fin de la route goudronnée n’existe plus (il parait qu’elle va être, peut-être, reconstruite). des places pavées et en partie ombragées ont été crées devant la mosquée et plus bas vers les commerçants locaux.

Moha nous attend. Comme à l’habitude c’est avec la cérémone du thé que nous nous retrouvons. Exceptionnelement ce n’est pas dans l’auberge mais chez lui que nous partagerons ce thé berbère au goût de miel avec Belkacem, Kaci, son fils ainé.

Les chambres, au nombre de quatre ont toutes été modifiées, redistribuées, redécorées. Un vrai travail réalisé par Moha au cours de ces dernières années. Belle réussite.

Il y règne une fraicheur salutaire et nous prenons quelques instants pour nous rafaichir et nous y installer.

Cette année nous ne ferons pas la randonnées chamelière, expérience inoubliable d’ il y  a quatre ans.

Au programme de ces trois jours une découverte de la région, nous sommes, contrairement à il y a quatre ans motorisés et cela facilite grandement les choses.

Premier jour au matin, Pauline a souhaité se faire faire un tatouage au hénné et une coloration naturelle des cheveux. Une jeune fille du village s’occupera de sa main et l’épouse de Moha des cheveux. L’après-midi, direction Rissani, son souk et… un passage au Hammam pour les femmes. Expérience inoubliable d’après leurs dires. En soirée nous rencontrons Ali qui dirige le Nomad Palace. Encore une rencontre étonnante aux portes du désert et un accueil plus que chaleureux.

Le lendemain, direction Taouz, village qui accueille le collège de la région. Nous découvrons dans ce dernier village avant la frontière Algérienne un site de gravures rupestres étonnant. Les roches, par endroit fossilifères, procure un des rares revenus de la région avec la vente de fossiles polis.  L’après-midi Kaci nous fait redécouvrir les jardins irrigués de Merzouga. La verdure des cultures et des palmiers contratse parfaitement avec le couleur des dunes voisines. Un passage par l’herboriste du village pour soigner des légers troubles gastriques et la soirée se termine au calme sous la vigilance du minaret face à l’auberge.

Dernier jour, déjà, à Merzouga. Nous découvrons, vers Errachidia,  un Ryad en construction avec se orementations riches en géométrie. Puis de nouveau Rissani, nous y retrouvons les tailleurs de fossiles en pleine activité.  La visite du palais des rois du Maroc est un émerveillement et la Casba avoisinante nous surprend par son histoire autant que par son architecture. De retour à Merzouga, c’est piscine pour les jeunes et détente pour tous dans un des hôtels au pied des dunes. La soirée se passera auprès des Gnaouas en musique et danse collective….

Demain nous rejoignons Missour, avec des odeurs, des couleurs et surtout des amitiés renouvelées ou découvertes durant notre court passage. Un petit goût de “reviens-y” flotte déjà dans nos têtes et dans nos coeurs. A la prochaine, donc…. inch allah !

 

 

Vécu de notre périple en 2010

Après avoir passé 2 jours à Marrakech et quelques étapes à Ait Ben Adou, Nekob, nous voilà sur la route direction Merzouga. Les dunes apparaissent au loin. On entre dans la ville et nous découvrons l’auberge de Moha, « Chez Belkacem ». Moha nous attendait…et c’est autour d’un thé qu’il nous explique les 3 jours que nous allons passer dans le désert.

Après une bonne douche et quelques préparatifs, notre guide et chamelier (mais aussi chanteur, percussionniste et humoriste à ses heures) Ali arrive. Il a rassemblé tout pour 3 jours : nous ne manquerons de rien. De l’eau, de quoi faire de délicieux repas et des couvertures.
Moha nous aide à mettre l’indispensable cheich. Ca y est, nous ressemblons à des nomades.
Nous découvrons nos vaisseaux du désert… Impressionnants !

Nous voilà donc partis. Nous quittons le village et les dunes s’offrent à nous, quel paysage !
Apres 2 bonnes heures de ballade dans les dunes, nous arrivons au pied de la grande dune, où notre tente berbère est plantée et où nous passerons la nuit.

Après un bon thé, « magique » en plein milieu des dunes, nous décidons d’aller aider Ali pour la cuisine. Nous épluchons les légumes et petit à petit, le tajine prend forme. Reste plus qu’à mijoter…
La nuit commence à tomber et nous mangeons tous les 2, à la bougie. Le repas est divin et copieux.
Puis, nous découvrons l’ambiance chaleureuse des Touareg. Ali et un ami guide attrapent le jumbé et la musique nous envahis.
Nous finirons la soirée en découvrant un ciel étoilé que l’on ne peut décrire tant il est magnifique. La voie lactée apparait puis la lune se lève.

Après une bonne nuit et un bon p’tit déj’, nous reprenons la route avec Ali. Nous allons à la rencontre de l’histoire de sa famille en découvrant un village abandonné, où son grand-père a vécu. Nous nous arrêtons pendant les heures les plus chaudes pour nous reposer et manger. Puis nous partons en direction d’un village Gnaoua, où nous devons passer la nuit.

Nous découvrons de fabuleux paysages, variés contrairement à l’image que l’on avait du désert. Nous alternons marche à pied et repos sur les dromadaires. Une ou deux fois, nous croisons des 4×4, qui nous regardent l’air envieux. Et oui, pour apprécier ces paysages il faut prendre le temps.

Nous arrivons au village Gnaoua : après un bon repas confectionné par Ali, nous assistons à un concert de musique Gnaoua. Moment fort en émotions.

Le lendemain, d’autres paysages s’offrent à nous : le désert noir. Nous découvrons une carrière de plomb où des mineurs travaillent encore.

Après une bonne omelette berbère et une petite sieste, nous reprenons doucement le chemin du retour, pour retrouver Moha, en fin de journée.

La femme de Moha et sa fille nous préparent un couscous familial pour le soir : franchement, DELICIEUX !

Et après une bonne nuit dans une jolie chambre de l’auberge, nous prenons le dernier petit déjeuner chez Moha.
Nous visitons l’école de Merzouga, où Moha a commencé à faire quelques aménagements et prévoit d’en faire d’autres bientôt. Il reste beaucoup à faire pour les enfants de l’école.
Ce séjour fut vraiment fantastique et restera inoubliable pour nous. L’accueil de Moha et de toute sa famille est remarquable. On se sent chez soi. Nous partons à regrets mais on reviendra bientôt, inch’ alla.